:-)

Promouvoir la culture haïtienne en France

Kenley JEAN BAPTISTE Coronavirus : Confinement impossible en Haïti? Par Kenley Jean-Baptiste

Haïti traverse une situation macabre avec l’amateurisme, l’inaction et la nonchalance des faibles interventions de l’Etat.
La crise sanitaire est mondiale… Et le Coronavirus nous fait assister à une scène sombre de décès et de souffrance amère. Malgré les décisions prises par les Etats, il est difficile de réduire efficacement la vitesse abusive du Covid-19.
Les stratégies sont nombreuses, mais la majorité des Etats touchés par cette pandémie opte pour le confinement obligatoire et la distanciation sociale. D’ailleurs, L’Inde a décrété un confinement jusqu’au 14 avril. Ce qui suscite intégralement des controverses. Mais, c’est l’Etat…

L’Etat que j’ai étudié dans les livres est une méga-institution qui détient le monopole de la prise en charge de la société et celui d’agir puissamment en s’appuyant maintes fois sur des mesures rigides à la lumière de sa légitimité.
Contraire à toutes les exigences des fonctions regaliennes de l’Etat, le gouvernement haïtien mené par Joseph Jouthe, en ce moment atroce, ne montre nullement pas ses griffes et ne s’affirme pas être à la hauteur de pallier à la crise.

Des autorités de l’Etat qui chantaient la distanciation sociale lors de la première confirmation de cas lié au Coronavirus, ne peuvent même le faire pour leur pleine et entière protection.
L’on connaît la situation socio-économique du pays… Environ 100 gourdes pour 1 dollar américain; l’inflation nécessite logiquement ce dégat auquel on assiste pleinement dans les rues de Port-au-Prince et les villes de Province; les gens vivent au jour la journée et ne peuvent pas respecter effectivement la distanciation sociale et le devoir du confinement. Aux marchés, les gens surabondent. Dans les camionnettes, l’on barvade et l’on se combine en lots involontairement.
A quoi doit-on s’attendre? Ne serait-il pas impossible de se confiner en Haïti au regard de ce contexte désastreux?

Le professeur Raoult Didier et certains médecins Chinois, dans des données récentes, ont pu sugérer la Chloroquine pour les patients atteints du Covid-19. En Haiti, on ne sait sur quelle chaise danser. D’ailleurs, pas un seul comprimé de Chloroquine (Nivaquine 100 Mg) disponible en pharmacie, a révélé une source médicale sur le prestigieux journal en ligne Rezonodwes (voir www.rezonodwes.com).
Qu’est-ce que cela veut dire? Les autorités haïtiennes ont-elles l’intêtet dans la gravité de ce sort? Seront-elles pour une fois à la hauteur d’une crise sanitaire? De vraies réponses s’imposent, cela va sans dire…

Il est à noter que l’Inde vient de faire un don de 200 000 boîtes de Chloroquines, comprimés jugés efficaces. Mais, en Haïti, d’ores et déjà, ont est parti à 3 morts et plus d’une trentaine de cas confirmés, en dépit de tout cela, on ne sait à quel Saint se vouer, car les mesures concrètes se font encore attendre.

Ainsi, au bord de l’abîme, notre destin est sur le qui-vive.
L’OMS, dans une dernière intervention affirme que le CORONAVIRUS pourra traquer pour longtemps la vie des gens sur la terre. Et en réponse, nombreux sont les pays qui s’arrangent. Mais, Haïti larmoie, comme un enfant gonflé d’âge.

Kenley Jean-baptiste
Politologue
Juriste
Motivational speaker
Auteur de « 7 Secrets pour passer de zéro à héros »
Roikenley@gmail.com